Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/01/2016

890 habitants au 1er janvier 2016 !

Au 1er janvier 2016, a été actualisé le chiffre de la population totale de la commune. Ainsi, les populations légales 2013 sont entrées en vigueur, se substituant aux populations légales 2012.

890 habitants au 1er janvier.JPG

Ainsi, selon le décompte officiel de l’INSEE, la population totale est aujourd’hui de 890 habitants répartis entre la population municipale (873 habitants) et la population comptée à part (11 habitants).

La population municipale définie par le décret du 8 juin 2003 relatif au recensement de la population, comprend les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune tandis que la population comptée à part comprend, aux termes du même décret, les personnes dont la résidence habituelle est dans une autre commune mais qui ont conservé une résidence sur le territoire de la commune.

Cette actualisation annuelle permet de suivre l’évolution de la population d’Autignac qui augmente faiblement chaque année du fait d’une urbanisation limitée : les constructions au lotissement « le Saint Nazaire » ne sont pas achevées et aucune construction n’a débuté au lotissement « les Hauts de Fontcerise ».

Malgré une évolution du nombre d’habitants, la population n’atteint pas le seuil record enregistré au recensement général de population de 1901 : étaient alors dénombrés 1130 français et 96 étrangers, donc un total de 1226 habitants répartis dans 288 maisons, soit plus de 4 personnes par maison !

recensement autignac.png

09/01/2016

Etat-civil de l'année 2015

7 naissances : Chloé ARROYO-CHABBAL (16 janvier) ; Hugo FLECHARD (21 janvier) ; Evangéline DALMAS (9 avril) ; Gaspar CARBONELL-PASQUIER (17 juin) ; Lola VIALA (14 septembre) ; Théo DIETRICH (23 septembre) ; Luna REQUIER-PRIVAT (9 décembre).

3 mariages : Ludivine ROCHE et Bruno RUFFY (2 mai) ; Muriel BARRAU et Claude BRIONES (2 août) ; Sophie BOSC et Guillaume URIOS (8 août).

14 décès (cette liste comprend les personnes décédées à Autignac, résidant à Autignac à leur décès ou inhumées à Autignac) : Jeanne CARRATIE née BLANC (6 février) ; Robert ROUCHY (15 février) ; Monique CONSTANCIO née VIDAL (28 février) ; Denise BOUISSIERE née JOVER (3 mars) ; Emile FOULQUIER (1 avril) ; Jean NICOLAU (3 avril) ; Alice CONDOUMY née FANJAUD (26 mai) ; Jane BENNET née VOW (24 juin) ; Gilbert BASTRIOS (7 septembre) ; Jackie BRU (2 octobre) ; André BRALS (1 novembre) ; Isabelle PASTRE née KRAFT (10 décembre) ; Renée LACAZE née VIGUIER (16 décembre) ; Henriette BOUSQUET née TABARIES (23 décembre).

Il y a 100 ans, en 1915, la commune avait enregistré : 11 naissances, 2 mariages et 7 décès.

Il y a 200 ans, en 1815, la commune avait enregistré : 12 naissances, 3 mariages et 13 décès.

03/01/2016

En 1904, le Bureau de Bienfaisance reçoit un don de 120 000 Francs !

Si Autignac dispose aujourd’hui d’un Centre Communal d’Action Sociale (CCAS), au siècle dernier, ses missions étaient assurées par un Bureau de Bienfaisance. Créé par la loi de 1796, le bureau de bienfaisance était une obligation pour les municipalités qui devaient prévoir l’aide aux indigents, orphelins et malades.

A Autignac, le bureau de bienfaisance sera créé par délibération du Conseil municipal, le 8 juin 1873, grâce à M. Jean Adrien dit Amédée CURE (1811-1872), conseiller municipal de 1840 à 1842 et de 1846 à 1852 et adjoint de 1842 à 1846 et de 1852 à 1870. Par testament olographe du 2 juillet 1872, il lègue la somme de 1000 Francs « à l’effet de créer un bureau de bienfaisance, afin que cette somme serve à soulager les malheureux de la commune d’Autignac ».

Bienfaisance.png

Sous la responsabilité du maire, le bureau de bienfaisance aura de l’importance dans la vie communale. Et en 1905, il subit un nouvel essor, du fait d’un don conséquent réalisé par Maitre Emile PASTRE (1835-1905), conseiller municipal de 1874 à 1876, maire d’Autignac de 1876 à 1877 puis de décembre 1877 à janvier 1878, date à partir de laquelle lui succède aux fonctions de maire, son frère, le docteur Alban PASTRE (1837-1903).

Par testament olographe du 8 décembre 1904, M. Emile PASTRE lègue au Bureau de bienfaisance la somme de 120 000 Francs ce qui correspondrait aujourd’hui à un don de près de 465 000 €* !

Ce don d’une envergure capitale et non égalée sera le dernier réalisé au profit du Bureau de bienfaisance qui était composé en 1890 de MM. Alban PASTRE, maire, Emile PASTRE, Guilhaume MAS, Amans LAURES, Lubin BOUFFARD, Louis PASTRE et Justin SERIN.

Le bureau disparaitra en 1953 au profit du Bureau d’Aide Sociale, lequel sera remplacé en 1986 par le Centre Communal d’Action Sociale.

La solidarité existait grâce aux dons..JPG

* Conversion permise grâce au convertisseur en ligne de l'INSEE : http://www.insee.fr/fr/service/reviser/calcul-pouvoir-ach...

02/11/2015

En 1915, Autignac souhaitait (déjà) le retour du Docteur !

En 1915, le médecin d'Autignac était mobilisé.jpgIl y a tout juste un siècle, en 1915, le Conseil municipal s’inquiétait de l’absence d’un médecin dans la commune … En effet, alors que le service de soins était assuré par le Docteur Fulcrand Bessière (photo ci-contre), ce dernier est mobilisé dès le 1er août 1914 et se trouve contraint de devoir laisser Autignac et sa patientèle.

Dès lors, le Conseil municipal conduit depuis 1912 par Elie Denis PONS, maire, et Louis BESSIERE, adjoint et frère dudit docteur, se saisit de la question et, au sein d’une délibération, insiste auprès de l’autorité supérieure pour que « Monsieur le docteur Fulcrand Bessière soit mis à la disposition de la commune pour y donner ses soins gratuits à la population ».

Les 12 élus composant le Conseil municipal rappellent dans la délibération l’urgence qu’a la commune à retrouver son docteur dans les plus brefs délais.

Prise d'eau - Autignac.jpg

En effet, la commune se trouve confrontée à une grande rareté de l’eau qui fait craindre une épidémie de fièvre typhoïde d’autant que la population est obligée de « ne boire que l’eau donnée par des puits particuliers à peu près à sec et dont l’eau n’est pas claire » et ce en raison d’un « ouragan » qui a brisé le moulin à vent qui fournissait l’eau à quatre fontaines ouvertes chaque jour une demi-heure.

En 1915, c’est la mobilisation qui a « raréfié dans les campagnes ceux qui ont pour mission de soulager et de guérir les malades ».

En 2015, la guerre a disparu et Autignac est aujourd'hui un "désert médical", et sûrement encore pour quelques années … 

01/11/2015

Commémoration de l'Armistice

Monsieur Jean-Claude Marchi, maire d'Autignac, et le Conseil municipal

vous invitent à participer à la cérémonie commémorative de

l’Armistice du 11 novembre 1918,

le mercredi 11 novembre 2015 à partir de 10 heures 30.

 001.jpg

- 10 heures 30 : dépôt de gerbe au monument aux morts du cimetière ;

- 11 heures : formation du cortège sur le parvis de la mairie et départ vers le monument aux morts de la Place des Combattants pour la cérémonie officielle avec allocutions, dépôt de gerbe, minute de silence et hymne national.

Un verre de l’amitié sera servi au Café du commerce à l’issue de cette cérémonie.

16/10/2015

Dévoilement de plaque à l'école, ce soir

Monsieur le Maire et le Conseil municipal

Vous invitent à assister à la cérémonie de dévoilement des plaques de

l’école publique Abel GAU (1849-1936)

Instituteur à Autignac de 1880 à 1910 ;

Directeur du Groupe scolaire de 1902 à 1910 ;

Secrétaire de mairie d e1880 à 1925.

le Vendredi 16 octobre 2015 à 17 heures 15, Place Jules FERRY. 

Un vin d’honneur sera servi à l’issue de la cérémonie.

L'école en 1905.jpg

24/09/2015

Jules PASTRE à l'honneur des Journées du Patrimoine

Jules PASTRE, défenseur de la viticulture méridionale.JPGL’association « Mémoire d’Autignac » a été une fois de plus au rendez-vous des Journées Européennes du Patrimoine en rendant cette année dans l’enceinte de sa maison natale, un hommage appuyé à l’éminente carrière de Jules PASTRE (1855-1918).

Né le 23 janvier 1855, Jules PASTRE s’adonnera à sa passion pour la viticulture méridionale et lui rendra d’importants services. Sa conférence donnée en 1890 à Murviel-lès-Béziers sur le rôle des anciens et des nouveaux cépages français aura un succès tel qu’elle sera éditée.

Vice-président du Comice agricole de Béziers, membre actif de la société centrale d’agriculture de l’Hérault, il participe à la révolte des Vignerons de 1907 avant de devenir, aux côtés du Docteur FERROUL, l’un des fondateurs de la Confédération Générale des Vignerons pour laquelle il assurera la présidence pour l’arrondissement Béziers-Saint Pons.

Décédé le 19 septembre 1918, les obsèques de Jules PASTRE permettront de rendre hommage à celui qui fit part d’un « dévouement inlassable et d’une très grande compétence ».

Non oublié par ses pairs, une plaque sera apposée sur la maison natale de Jules PASTRE le 14 décembre 1930. Cette plaque permit à l’association « Mémoire d’Autignac » de rendre encore l’hommage mérité à un enfant d’Autignac devenu au début du siècle dernier « le défenseur des viticulteurs ».

Plaque Jules PASTRE.png

- Un livre édité par l’association « Mémoire d’Autignac » revient sur la biographie de MM. Jules PASTRE, Jules FOULQUIER et Edouard MAUREL, 3 leaders viticoles de l’après 1907, nés à Autignac.

04/01/2015

Autignac à l'honneur grâce à Alfred CAZES (1875-1952)

Les Editions du Mont, basées à Cazouls-lès-Béziers, vont, avec l’aide efficace de M. Jean-Paul Fernon, rééditer dans le courant du mois d’avril 2015, un recueil de contes « Mon vieux Languedoc » publié en 1925 et écrit par un enfant d’Autignac : Alfred Cazes (1875-1952).

Alfred CAZES - Autignac.jpg

Fils de Constantin Cazes et d’Alide Maurel, il nait le 31 mai 1875 au Plan de la Fontaine, ce qui deviendra plus tard le Pousse-Tire, dans la maison de ses grands-parents Edouard Maurel et Appolonie Cure, maison unanimement connue pour avoir été l’Hôtel Geïsse, puis la maison Buetas-Jobé.

Alfred CAZES.jpgParti d’Autignac pour rejoindre l’Algérie française et le département d’Oran, il devient en 1920, secrétaire général de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Oran avant d’être nommé en 1931 aux fonctions de directeur général du quotidien « Oran-Matin », l’un des plus influents d’Afrique du Nord, tout en exerçant plusieurs activités annexes dont l’écriture de ce récit d’histoires ayant pour cadre sa région natale et notamment Autignac qu’il met en valeur au travers d’une citation : « Vainqueur ou vaincu, Autignac toujours ! ».

Décédé le 3 février 1952 à Oran, Alfred Cazes a laissé une œuvre littéraire qui honore sa commune de naissance ; cette commune où il vécut jusqu’à l’adolescence, et qui se retrouve aujourd’hui en première de couverture d’un livre dont le retentissement sera indéniable. 

> L’association « Mémoire d’Autignac » présentera la vie et l’œuvre d’Alfred Cazes à l’occasion de sa conférence mensuelle, le samedi 17 janvier 2015 à partir de 16 heures 30 en la Salle d’Autrefois

19/11/2014

La vie de 3 Poilus étudiée par "Mémoire d'Autignac"

Pour sa réunion du mois de novembre, l’association « Mémoire d’Autignac » a perpétué la tradition établie depuis plusieurs années à savoir de présenter le parcours de quelques soldats d’Autignac Morts pour la France.

Poilus - Autignac.png

Cette année, furent présentées les biographies des frères GRANIER : Gaston (1881-1914) et Emile (1888-1914) ainsi que celle de Louis PONS (1889-1916).

Le premier, né le 30 août 1881 dans la rue du Plô au foyer de Justin GRANIER et d’Elise ESCANDE, effectuera son service militaire en 1902 et 1905, avant de revenir à Autignac pour y épouser Maria Camille GRANIER le 17 février 1906, avec laquelle il aura une fille : Camille, née en 1907 et décédée en 1955.

Candidat aux élections municipales de 1912 sur la liste d’Union Républicaine mais non élu ; Gaston GRANIER est mobilisé en août 1914 et décède le 27 août 1914.

Son frère Emile GRANIER, né le 15 juin 1888 effectuera son service militaire de 1909 à 1911, avant de revenir à Autignac et d’y épouser le 20 janvier 1912 Louis Gabrielle MARQUIER, avec laquelle il aura 2 enfants : Fernande (1912-1955) et Emilienne (1914). Mobilisé en août 1914, Emile GRANIER décède le 26 août 1914, un jour avant son frère. 

Pour finir, a été présentée la biographie de Louis PONS, né le 30 avril 1889 au foyer d’Eugène PONS et de Julia OUSTRY. Après avoir effectué son service militaire de 1911 à 1913, il revient à Autignac mais est mobilisé en août 1914. Après deux ans de combat, il décède le 7 août 1916. Sa dépouille mortelle est inhumée dans le secteur de Thiaumont (Meuse), puis réinhumée en sa terre natale le 12 juillet 1930.

11/11/2014

L'Armistice très dignement célébré à Autignac

En ce matin du 96ème Anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, quelques élus ont déposé une première gerbe au « Carré des Poilus » du cimetière avant de rejoindre le village pour la cérémonie officielle.

Sur le parvis de la Mairie à 11 heures, c’est une importante foule d’Autignacois qui s’est retrouvée pour prendre part à la cérémonie commémorative.

DSCN0799.JPGDans l’ordre et précédés d’André Burgues, porte-drapeau, les élèves de l’école communale, les membres du conseil municipal, les représentants de la Brigade de Gendarmerie de Murviel-lès-Béziers et de la Caserne des Sapeurs-Pompiers de Magalas, les Anciens Combattants et la population ont formé un cortège dense qui a pris la direction du monument aux morts pour le dévoilement de la nouvelle plaque, financée avec une participation de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG) et sur laquelle sont inscrits le nom de tous les enfants d'Autignac Morts pour la France, en 1914-1918 et en 1939-1945.

DSCN0797.JPG

Au pied du monument, le Maire, Jean-Claude MARCHI a remercié la population pour sa présence très nombreuse en ce jour historique qui honore le souvenir de ces soldats, qui partis la « fleur au fusil » de nos plaines viticoles, ne reverront jamais les leurs.

Invitant Antoine BARXIAS-CASTIES à le rejoindre, ils ont procédé ensemble au dévoilement de la plaque sur laquelle sont inscrits les 34 noms des sacrifiés de 1914-1918, que M. le maire reprit un par un, y accolant la mention Mort pour la France.

photo 1.JPG

 Les élèves de l’école communale, sous la direction de Marie-Pierre LADOUES, institutrice, ont ensuite donné lecture de textes écrits au Front dont quelques-uns de Guillaume APOLLINAIRE, célèbre poète et écrivain Mort pour la France en 1918, avant que Madame MARCHI, ancienne directrice de l'école communale, ne donne lecture d'un poème fort émouvant, écrit par Ernest BOURDEL et lu en 1924, pour l'inauguration du monument aux morts sculpté par Jean MAGROU, placé à l'époque sur la Promenade, face au groupe scolaire.

Reprenant le cours de la cérémonie officielle, M. le Maire a donné lecture du message de M. Kader ARIF, Secrétaire d’Etat chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, avant de déposer la gerbe au pied du monument aux morts et de faire respecter une minute de silence pendant que résonnait la sonnerie aux morts.

Message de M. Kader ARIF - 11 novembre 2014.pdf 

C’est au son de la Marseillaise que la cérémonie a pris fin, avant que ne soit partagé au Café du Commerce le traditionnel verre de l’amitié. 

09/11/2014

Commémoration de l'Armistice

              A l’occasion de la cérémonie commémorative de l’Armistice du 11 novembre 1918, Monsieur Jean-Claude MARCHI, maire d’Autignac, dévoilera la nouvelle plaque commandée par la municipalité et sur laquelle seront gravés les noms des enfants d’Autignac Morts pour la France. 

Affiche 11 novembre.jpg

Un premier dépôt de gerbe aura lieu à 10 heures 30, au pied du monument aux morts sis dans l’enceinte du cimetière vieux.

17/09/2014

Journées du Patrimoine : la Guerre 1914-1918

           abd4dcaef7c73e646b424fe97ff57f13.jpg  A l’occasion du centenaire du début de la Première Guerre mondiale, l’association « Mémoire d’Autignac » organise les Journées du Patrimoine sur ce thème, les samedi 20 et dimanche 21 septembre 2014, en la salle Marc Cassot.

      Seront présentés des documents originaux ; plusieurs journaux de la Guerre ; de nombreuses cartes postales et objets du Front (cannes sculptées, casques, costumes d’époque …).

            En plus, seront présentées une exposition photographique déjà présentée, avec le concours de l’Armée, à Rambouillet (78) ainsi qu’une exposition pédagogique prêtée par l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG).

          Sera aussi mis en vente le livre « Aux enfants d’Autignac Morts pour la France – Guerre 1914-1918 » qui retrace le parcours de chaque soldat Autignacois décédé au Champ d’Honneur.

14 18.jpg

20/08/2014

Sortie d'un livre sur les soldats Autignac Morts pour la France

photo.JPGA l’occasion du centenaire du début de la Première Guerre mondiale, l’association « Mémoire d’Autignac » met à la vente dans les commerces de la commune, au prix de 10 €, un livre en hommage au sacrifice de ses enfants Morts pour la France.

Ecrit par Antoine Barxias-Casties, ce livre présente en détail le parcours militaire de chacun des Autignacois tué au Front, avec photos, renseignements généalogiques et physiques.

De nombreux renseignements sur l’histoire des monuments aux morts d’Autignac sont aussi insérés à ce livre dont l’unique but est d’honorer la mémoire de tous ceux qui ont payé de leur vie pour défendre leur Patrie. 

L’association « Mémoire d’Autignac » précise aussi que cette année, les Journées du Patrimoine seront organisées les samedi 20 et dimanche 21 septembre, sur le thème de la Guerre 1914-1918, avec la présence de nombreux objets, de cartes postales, de journaux de guerre … mais aussi de 2 expositions de valeur : l’une présentée à Rambouillet (78) avec le concours de l’Armée et l’autre gracieusement prêtée par l’Office National des Anciens Combattants. 

17:05 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

30/07/2014

Centenaire de la "Mobilisation Générale"

Mobilisation générale.jpg

Afin de commémorer le Centenaire de la Mobilisation Générale, décrétée en France le 1er août 1914, la commune d'Autignac a décidé, par arrêté municipal du 29 juillet 2014, que le son des cloches de l'église communale retentirait ce

Vendredi 1er Août 2014 à 16 heures. 

10/05/2014

Commémoration de la Victoire du 8 mai 1945

DSC_0589.JPGA l’appel de Monsieur le maire et de son conseil municipal, la population a répondu présente pour commémorer dernièrement, le 69ème Anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945. 

Cette année, afin que les élus puissent être au contact de la population lors du vin d’honneur servi au Café du Commerce, il a été décidé que le dépôt de gerbe au cimetière aurait lieu un peu plus tôt, à 10 heures 30. 

Là, devant le monument aux morts, Monsieur le Maire et ses adjoints, plusieurs Anciens Combattants et quelques Autignacois se sont retrouvés pour observer une minute de silence. 

Cimetière.JPG

A 11 heures ensuite, le cortège a été formé sur le parvis de la mairie. Derrière André Burgues le porte-drapeau, marchaient enfants, Anciens Combattants, 14 des 15 élus du conseil municipal et la population. 

Au pied du monument, Monsieur le maire a lu le message de M. Kader Arif, Secrétaire d’Etat chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, rappelant « le courage des hommes et l’esprit de solidarité », avant d’ajouter que « se souvenir est un devoir et une nécessité ».

Message de M. Kader ARIF - 8 mai 2014.pdf   

La minute de silence a été observée pendant que retentissait la Sonnerie aux Morts. Point d’orgue de la cérémonie commémorative, l’hymne national a été écouté et entonné par l’assistance qui, à l’issue de la cérémonie, a été conviée à partager le verre de l’amitié offert par la municipalité.  

DSC_0593.JPG

15:30 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

06/05/2014

Invitation

M. Jean-Claude MARCHI, maire d’Autignac,

Le Conseil municipal, 

Vous invitent à participer à la cérémonie commémoratrice de la Victoire du 8 mai 1945,  

le jeudi 8 mai 2014 à partir de 11 heures sur le parvis de la mairie.

Monument 1.JPG

* * * * * * * * * *

Cette année, le dépôt de gerbe au cimetière sera réalisé avant la cérémonie traditionnelle,
à 10 heures 30 au pied du monument aux morts.

A 11 heures, le cortège formé devant la mairie prendra la direction du monument aux morts pour le dépôt de gerbe, les allocutions et la minute de silence.

A l'issue de la cérémonie commémoratrice, 
un vin d'honneur sera offert par la municipalité au Café du Commerce.

8.05.png

23:32 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

11/11/2013

Commémoration de l'Armistice de 1918

            La commémoration de l’Armistice aura lieu ce lundi 11 novembre 2013, à partir de 11 heures.

Le cortège sera formé sur le parvis de la mairie avant de prendre la direction du monument aux morts où sera observée la traditionnelle minute de silence, accompagnée de la lecture du ministre délégué aux Anciens combattants.

Un dépôt de gerbe sera ici réalisé, avant qu’une plus restreinte délégation n’aille au monument aux morts du cimetière pour un second dépôt, sur le « Carré des Poilus ». 

Un verre de l’amitié sera ensuite servi au Café du commerce.

Armistice 1918.jpg

09:26 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

18/09/2013

Réussite pour les Journées du Patrimoine

L'exposition de robes amidonnées a été appréciée.JPGPour les Journées du Patrimoine et comme pour prouver son ancrage dans la vie locale, l’association « Mémoire d’Autignac » n’a pas failli à la tradition en les organisant autour de l’historicité d’un lieu chargé d’histoire(s) à savoir l’Eglise de la commune.

Au fil d’un parcours organisé dans l’enceinte de l’édifice, les responsables de l’association ont retracé l’histoire de ce bâtiment au travers de plans, de maquettes avant d’exposer l’histoire des principaux lieux, notamment les fonts baptismaux placés devant un encadrement de porte datant du XVIIème siècle ou encore le « miracle local » de Saint Roch à l’origine de la présence de la statue du saint dans l’église …

Avec une analyse poussée des marbres de l’édifice ; des expositions de robes de baptême ou de communions amidonnées avec passion et patience ; la collection de 250 images de communion d’Autignacois, de quelques aubes tombées en désuétude ou encore de divers documents à forte valeur comme par exemple le titre de souscription de la paroisse à la construction de la Basilique de Lisieux, l’association « Mémoire d’Autignac » a réussi à réaliser des Journées du Patrimoine documentées et très appréciés par les nombreux visiteurs du week-end.

Ce sont en effet 5 circuits de visites qui avaient été prévus pour l’ensemble du week-end et qui ont été réalisés toujours avec la même passion par des bénévoles qui reprendront le rythme des réunions mensuelles le samedi 12 octobre à partir de 17 heures dans la Salle des Fêtes. 

Un apéritif a été servi en guise de clôture à ces Journées qui ont permis la sortie du 16ème bulletin de l’édition « Hier Autignac » aujourd’hui disponible à la vente dans les commerces de la commune. 

22:52 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

04/09/2013

Autignac dans la révolte des vignerons de 1907

« Ce n’est pas la révolte en elle-même qui est noble mais ce qu’elle exige. ». Cette phrase d’Albert Camus (1913-1960), proclamée dans « L’Homme révolté », possède une telle universalité qu’elle lui permet d’être rattachée à divers événements et notamment à la révolte des vignerons de l’année 1907 qui a permis le soulèvement du Midi de la France et entre autres, d’une partie de la population Autignacoise.

La délégation d'Autignac en 1907..jpg

Emmenés par Marcelin Albert et par le Docteur Ernest Ferroul, député-maire de Narbonne, les vignerons du Midi dénoncent dans la rue la crise persistante de mévente et de fraude qui sévit depuis le début du siècle.

Si quasiment chaque commune du Midi a eu une délégation dans ces manifestations, toutes n’en ont pas de photos voilà pourquoi Autignac peut s’enorgueillir de posséder, au titre de son patrimoine immatériel, un cliché immortalisant la délégation Autignacoise au cours d’une manifestation à Montpellier.

Le 21 mai 1907 déjà, la détermination des Autignacois peut se lire dans l’édition du journal « La Croix » qui indique que sur leur banderole est inscrit : « Les vignerons d’Autignac mourront en combattant plutôt que de crever en travaillant. ».

L’unique cliché qu’Autignac possède est celui pris en 1907, à l’occasion du grand meeting viticole, sans pareil, de Marcelin Albert et qui réunit plus de 500 000 personnes à Montpellier.

La délégation, emmenée par Jules Pastre, alors vice-président du comice agricole de Béziers, se situe non loin du square de la gare Saint-Roch, au niveau de la rue Pagézy et rejoint la place de la Comédie accompagnée d’une fanfare.

Présentes au deuxième plan, les Autignacoises vêtues de bérets rouges et portant en bandoulière des écharpes avec le nom de leur commune, semblent prêtes à combattre quel qu’en soit le prix, comme la population de ce « Midi rouge » qui arrive à faire trembler le Gouvernement de Clémenceau, sans toutefois le faire fléchir …

Ceux qui ne manifesteront pas ne seront pas moins combattants ; les commerçants de la commune, ligués, iront en effet jusqu’à fermer leur boutique au nez d’un vérificateur des poids et mesures.

Albert CURE.jpgL’acte le plus réticent vis-à-vis de la révolte des vignerons de 1907 sera la non-démission d’Albert Cure, maire de l’époque, alors que démissionneront environ 600 conseils municipaux … Sa non réaction lui vaudra de perdre sa place aux élections municipales suivantes de 1908, face à une liste défendant les intérêts communaux et viticoles. 

A l’approche des vendanges, il convient de ne pas oublier ce que Frédéric Mistral qualifiera d’une « des plus belles pages de l’histoire populaire du Midi … ».

19:45 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

09/05/2013

Commémoration de la Victoire du 8 mai 1945

Monument aux morts d'Autignac.JPG            Quelques Autignacois se sont réunis pour commémorer ensemble le 68ème anniversaire de la Victoire des Alliés sur le totalitarisme du régime nazi, concrétisée par la capitulation de l’Allemagne, le 8 mai 1945.

            Le cortège, formé devant la mairie, a pris la direction du monument aux morts. A sa tête, André Burgues, porte drapeau de la commune, et Madame le maire, suivis par les enfants de l’école et quelques anciens combattants.

          Au pied du monument, Madame le maire a remercié les enfants, les présidents d’associations et les administrés pour leur présence à cette commémoration avant de lire le message de Kader Arif, ministre délégué aux Anciens Combattants, accessible grâce au lien suivant : Message du ministre délégué aux Anciens Combattants.pdf

            Après le dépôt d’une gerbe a été respectée par l’assistance une minute de silence. Cette dernière a été suivie par La Marseillaise, avant que le rendez-vous ne soit fixé autour d’un verre de l’amitié au Café du commerce.

            Une délégation plus restreinte s’est déplacée au monument aux morts du cimetière pour un second dépôt de gerbe et l’observation d’une minute de silence. Avec le décès de Gaston Frontil au mois de janvier dernier, la commune d’Autignac ne compte plus qu’un seul combattant de la Seconde Guerre Mondiale en la personne de Robert Penna.

            Seul bémol de cette cérémonie républicaine, la constatation de la présence de seulement 4 membres du conseil municipal, sur 15 en exercice …