Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/02/2016

Une partie de la D154 bientôt élargie

Une Déclaration d’Intention de Commencement des Travaux (DICT) dès le début du mois d’avril prochain a été déposée auprès des services administratifs de la commune pour le recalibrage et l’élargissement de la D154, du carrefour de la Vierge de Fontcerise à la Croix du Moulin à Vent.

La D154.JPG

Les terrains nécessaires à l’élargissement de cette voie ont été achetés par le Conseil départemental auprès des propriétaires dont les parcelles bordent cette partie de la D154 que les Autignacois connaissent aussi sous le nom de l’Amanderaie.

C’est au cours de l’année 1946 que le projet de réfection de ce chemin de l’Amanderaie (en plus de celui de Fontcerise) fut soumis à la Commission départementale qui accepta car le projet permettait d’une part de relier 2 routes départementales sans traverser le village et d’autre part, d’améliorer la desserte de la cave coopérative.

La réfection de ces chemins fut exécutée en 1947 par un commando de 10 prisonniers de guerre allemands qui regagnèrent leur pays d’origine à la fin de l’année 1947, après la réfection de nombreux chemins.

18/02/2016

Mobilisation contre la fermeture d'une classe !

La décision de la Direction Académique des Services de l’Education Nationale (DASEN) relative à la fermeture d’une classe à la rentrée de septembre 2016 à Autignac n’a pas fait l’unanimité.

Ce matin, parents d’élèves, élus et administrés d’Autignac sont venus exprimer leur opposition face à cette décision qui aboutirait à la mise en place de 3 classes décomposées comme suit (sous réserve de validation définitive en fonction des effectifs) :

- 2 classes à 3 niveaux (l’une avec PS, MS et GS ; l’autre avec CE2, CM1 et CM2) ;

- 1 classe à 2 niveaux (CP et CE1).

Dès la première heure, les parents d’élèves ont investi la cour de l’école empêchant le bon déroulement des enseignements de la matinée.

Parents et enfants inquiets du devenir de l'école..JPG

Prévenus, les services de la Direction Académique ont pu échanger par voie téléphonique avec M. le maire qui leur a fait part de l’inquiétude du Conseil municipal quant à une fermeture de classe alors que l’urbanisation de certains quartiers pourra être bientôt bénéfique pour les effectifs de l’école qui compte 4 classes depuis la rentrée de septembre 1991.

A aussi été rappelé que la scolarisation des enfants ayant atteint l’âge de 3 ans révolus s’effectue à la rentrée de septembre et non en cours d’année comme cela est pourtant permis par l’article L. 113-1 du Code de l’éducation. Un choix assumé par la direction de l’école qui, si la 4ème classe venait à fermer, verrait aussi le bénéfice des décharges de service des directeurs d’école passer à 10 jours annuels, contre 1 jour par semaine actuellement.

La décision de fermeture d’une classe devrait être officialisée lors d’une réunion du 19 février. D’ici là, les parents d’élèves espèrent que le maintien de la 4ème classe sera effectif afin de préserver la meilleure répartition possible des élèves dans 4 classes.

11/02/2016

NON A LA FERMETURE D'UNE CLASSE A AUTIGNAC !

Dans son édition de ce jour, le quotidien régional Midi-Libre nous apprend que la Direction Académique des Services de l’Education Nationale (DASEN) a décidé lors du comité technique spécial départemental du 9 février 2016, de procéder à la fermeture d’une classe en primaire à l’école d’Autignac à compter de la rentrée 2016.

Les Parents d’Elèves, inquiets de la situation à venir, appellent d’ores et déjà la population Autignacoise à manifester le mercredi 17 février 2016 dès 8 heures 30 à l’école pour ainsi rappeler son opposition formelle à la fermeture d’une classe.

Non !.jpg

En tant qu’adjoint au maire, je participerai avec intérêt à la manifestation organisée en espérant que la mobilisation soit proportionnelle aux conséquences de cette fermeture envisagée.

Au Conseil municipal, j’ai toujours craint pour l’effectif de l’école communale. Dès lors, j’ai toujours été formellement opposé aux demandes consistant en l’inscription d’élèves dans d’autres écoles du secteur car elles entrainaient la fragilisation de nos propres effectifs.

De plus, je ne peux comprendre que les enfants de 2 à 3 ans ne soient pas scolarisés alors que des demandes sont formulées : l’effectif serait ainsi accru du fait du maintien des enfants à l'école primaire, comme ce fut le cas durant de nombreuses années.