Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/03/2011

L'asparagus acutifolius, une tradition méridionale

La période de cueillette des asperges est bientôt terminée..jpg            Avec les fortes pluies qui se sont abattues sur la commune, et la chaleur qui est présente depuis quelques jours, il n’est pas rare de trouver quelques Autignacois, les mains pleines d’ « asparagus acutifolius », communément appelées asperges sauvages et ramassées sur le flanc d’un tertre ou au pied d’un olivier, d’un chêne vert ou d’un cyprès.

            Au pied des asparagus, plus connus sous le nom d’aspergières, l’asperge se dresse, et peut atteindre quelques centimètres jusqu’à plus d’un mètre. Chacune d’un diamètre différent, elles peuvent aussi se présenter sous différentes couleurs, du vert tendre au violet.

            Sur les bords de fossés, les asperges apparaissent dès la fin du mois de février et sont récoltables jusqu’au début du mois d’avril. Les meilleurs chercheurs sont souvent connaisseurs en matière d’endroits fructueux, tandis que d’autres essaient la recherche à plusieurs endroits, comme au temps des escargots ou des champignons.

            Lors du ramassage des asperges, diverses techniques peuvent être adoptées en fonction de la configuration du terrain, et la plus simple consiste à regarder au pied de l’aspergière pour voir les récentes pousses. Aussi, l’on peut regarder au-dessus du buisson, pour essayer de trouver une asperge dépassant du buisson.

            Présente dans la garrigue comme au bord des vignes, l’asperge peut se manger en omelette, et cela représente une tradition locale, spécifique au sud de la France. L’asperge sauvage n’a pas le même calibre que l’asperge vendue dans le commerce, beaucoup plus grande, et plus souvent dégustée en vinaigrette.

            L’asparagus acutifolius est aussi une plante pleine de saveurs et d’anecdotes, puisqu’entre le XVII° et le XVIII° siècle, Louis XIV dit « le roi Soleil » qui en était fou, essaya même d’en élever dans les jardins royaux de Versailles. En vain, la rebelle ne poussa jamais et se fit toujours désirer …

Commentaires

Un tés joli article tout simple mais qui respire la fraîcheur...tu pourrais en faire un sujet pour "mémoire d'Autignac" Non?

Écrit par : mireille | 29/03/2011

Les commentaires sont fermés.