Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2011

Nouveaux noms pour les rues.

Voie communale n° 4 devenue Cami de Belloc.JPG            Le 29 Juillet 2010, à l’ordre du jour du conseil municipal était prévu les « noms de rues et bâtiments publics ». A l’unanimité, le conseil avait approuvé l’attribution de noms à certaines rues de la commune, et à l’ensemble des bâtiments communaux.

            Près de 7 mois après ce vote, les premiers panneaux ont fait leur apparition et apportent la nouveauté au niveau de lieux qui n’avaient jamais été baptisés.

            Les 4 salles publiques portent désormais de nouveaux noms. La salle des Fêtes, dans le cœur du village, porte désormais le nom de « Salle d’Autrefois », la salle polyvalente, autre grande salle de réception porte le nom de l’avenue à laquelle elle appartient : « Salle Bastide ». La salle du 3° Age, derrière la Poste et construite il y a plus d’un siècle répond désormais au nom de « Salle du Portalet », tandis que la salle des jeunes s’appelle « Salle du Chemin de Ronde ».

            Pour le reste, ce sont des voies communales qui ont fait l’objet d’une attribution de noms, afin que les signalisations soient plus précises. La voie communale n°4, le long du cimetière porte désormais le nom de « Cami de Belloc », la rue du Lotissement du jeu de Mail devient la « Rue des Boulistes », le chemin rural desservant le centre-aéré porte le nom de « Rue du Dabaladou », la route départementale n° 154 du carrefour au calvaire sera maintenant appelée « Route de Cabrerolles »  et pour l’emplacement du Château d’eau avec l’ancien chemin de Reynouls, l’attribution approuvée est « Place du Château d’eau ».

            Les panneaux sont en cours d’installation. D’autres panneaux devront aussi être mis en place suite aux limitations conseillées à propos des poids lourds, sur les voies communales n° 3 et 4.  

23/02/2011

Réunions d'informations.

            Réduction des produits phytosanitaires : En 2009, la commune de Murviel-Lès-Béziers, s’est lancée dans une démarche pilote de reconquête de la qualité des eaux souterraines et superficielles à l’échelle du bassin versant du Rieutort.

            Aujourd’hui, avec les objectifs de préservation des ressources en eau potable et l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau fixée par l’Europe, le souhait de Murviel est d’étendre cette démarche de sensibilisation aux pesticides à la vallée du Taurou. Déjà, le syndicat Mixte des Vallées de l’Orb et du Libron a obtenu l’éligibilité du territoire du Taurou à l’ensemble des aides de l’Agence de l’Eau et à celles de l’Europe.

            Ainsi, une réunion d’information sur la démarche de « réduction des pesticides », entreprise sur les vallées du Rieutort et du Taurou se tiendra le Vendredi 25 Février 2011,  à partir de 18 heures, à la salle polyvalente de la commune.

            Seront décrites les raisons à la base de cette démarche, les actions proposées pour la réduction des produits phytosanitaires, et les aides financières ouvertes sur ces territoires.

            Débroussaillement : Afin de limiter les risques d’incendies qui sont omniprésents, la commune d’Autignac n’échappe pas à la règle et préfère se prémunir contre les incendies qui présenteraient un risque pour les habitations, et les habitants.

            Les propriétaires situés en zones exposées sont obligés, selon l’article L. 322-3 du code forestier, à débroussailler et à maintenir un état correct. Ainsi, le mercredi 2 mars 2011,  à partir de  18 heures  à la salle polyvalente aura lieu une réunion d’informations en présence d’un technicien de l’Office National des Forets (ONF).

            Le courrier distribué par la municipalité stipule bien que cette réunion sera suivie d’un contrôle des travaux par ce technicien habilité à verbaliser tous manquements à la réglementation.

Compte rendu du conseil municipal. (21.02.2011)

Présents :        Pons, Barreau, Guibert, Sylvestre, Da Costa Evelyne, Alcazer, Caumette, Da Costa Valérie, Espanol, Marchi, Nicolau, Penna, Rascol, Raymond.

Absents :         Jimenez (Procuration à Sylvestre).

            Madame le maire ouvre la séance du conseil municipal en rappelant que le puits découvert dernièrement est un patrimoine, et que les services de la Direction Régionale des Affaires Culturelles qui ont été contactés vont venir analyser ce puits. La prise en charge des travaux devrait se faire par le SRGO, sous réserve de confirmation.

            Aussi, la réunion avec la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) a conseillé aux élus de réaliser de façon rapide, un PLU, car pour le moment, les réponses sont pour la plupart négatives et, ainsi, apparait un blocage au niveau des projets qui devront voir le jour.

            Approbation Compte Administratif 2010 : Budget Principal et Assainissement : Sous la présidence de Jean-Michel Guibert, doyen d’âge, le conseil approuve à l’unanimité des présents, les 2 comptes administratifs pour l’année 2010.

             Le compte administratif assainissement a un solde de 58 325,50 €uros, tandis que celui du budget principal a un excédent global de 609 675,55 €uros.

            Affectation des résultats 2010 : Budget Principal et Assainissement : A l’unanimité des présents le conseil approuve le transfert des résultats 2010 pour le budget principal et l’assainissement.

            Le conseil décide d’affecter 59 165,97 €uros de l’excédent de fonctionnement en investissement et, reporte un excédent d’investissement de 269 696,67 €uros pour le budget 2011.

            Le compte administratif du budget principal a un excédent global de 609 675,55 €uros, qui sont affectés au budget 2011.

            Lancement du PLU : La carte communale est en cours de réalisation et, il semble maintenant nécessaire à la commune de programmer le démarrage d’un Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui sera complété par d’autres études annexes portant sur le pluvial, l’eau potable … Une notification sera envoyée aux communes environnantes et aux institutions administratives, pour une meilleure transparence. M. Marchi rappelle la nécessité de procéder de façon la plus rapide possible puisque les délais en matière d’élaboration du PLU sont très longues. Le conseil approuve à l’unanimité des présents le démarrage de ce PLU.

            Changement de propriétaire Café du Commerce : En raison d’une convention qui unit la municipalité du Café du Commerce, Mme le maire informe le conseil qu’à partir du 15 mars 2011, M. Hamzaoui deviendra le nouveau tenancier de cet établissement, prenant ainsi la suite de M. Tétu. M. Marchi rappelle que la convention signée mentionnait une terrasse saisonnière et non annuelle, ce qui ne semble pas être respecté. De plus, il demande si le montant de la convention, fixé à 1 €uro, sera augmenté si cette convention devient annuelle.

            Transfert du Lotissement « Les Amandiers » dans le domaine communal : Mme le maire informe son conseil qu’elle a reçu un courrier de la part de l’un des propriétaires de ce lotissement qui demande une intégration dans le domaine communal. Le conseil municipal accepte de se renseigner pour ce rapatriement.

            Cession gratuite parcelle D967-indivision GALZY : 2 parcelles de voirie, située dans le lotissement du Jeu de Mail appartiennent au domaine privé de la commune. Aussi, Mme le maire demande à son conseil de lui permettre de régulariser de façon officielle, la situation de la parcelle D967, située après l’impasse du Recantou (Jeu de Mail). 14 voix s’élèvent pour, tandis que celle d’E. Da Costa s’abstient envers cette régularisation notariale, entre la Mairie et les donateurs.

            Questions diverses :

ü  M. Marchi signale des odeurs nauséabondes et des désagréments au niveau des cabinets publics, rue des Acacias, derrière l’école.

ü  Le conseil indique a Laure Sylvestre que le contrat d’Hélène Arnal au sein de la FRAMPS 909 a été renouvelé pour 6 mois.

ü  Le conseil approuve à l’unanimité des présents le renouvellement de l’adhésion au service de médecine préventive pour le personnel communal.

ü  Une réunion du CCAS aura lieu le 4 mars 2011, une réunion de tous les présidents d’associations aura lieu le 5 mars 2011 à partir de 17 heures 30, le repas des ainés aura lieu le 05 mai 2011.

20/02/2011

Réussite pour "Mémoire d'Autignac"

19 02 2011_M Autignac 2.jpg            Cela faisait très longtemps que la Salle des Fêtes n’avait pas accueilli autant de monde pour une réunion. Mais, samedi 19 Février, l’association « Mémoire d’Autignac » faisait le plein et réunissait dans cette salle près d’une centaine de personnes venues assister aux exposés de quelques membres de l’association.

            L’assistance a pu tout d’abord remplir son agenda grâce aux indications de Pierre-Marie Libes, président, qui a indiqué que la prochaine réunion mensuelle aurait lieu le Samedi 19 mars 2011, à partir de 16 heures 30, avant le premier loto qui aura lieu le même jour à 21 heures, à la salle polyvalente.

            Guy Ricard a ensuite pris la parole pour exposer un thème qu’il connait bien, à savoir celui des chemins disparus de la commune. Au fil d’une carte, il a pu faire revivre certains de ces chemins, qui se retrouvent aujourd’hui obstrués par les ronces et les branchages. Les photos prises lors de ballades ont aussi permis de situer et d’illustrer ces quelques chemins vicinaux.

            S’en est suivi le récit de Jeanine Laurès-Boudet sur l’histoire de l’école libre, qui date du XVIII° siècle, et qui ferma ses portes définitivement en 1955. Longtemps, cette école privée accueillera un grand nombre d’élèves de la commune, sous la houlette d’institutrices qui, considérées comme « saintes », avaient la charge des enfants même dans un internat, et qui pendant la guerre, cachaient ces derniers dans les fossés de la Poujade.

            Marie-Laure Pullara a ensuite exposé les légendes relatives à l’amandier et à l’amande, qui est un fruit très répandu dans la commune, notamment au niveau du lieu-dit « l’Amanderaie » à Autignac. Elle a ensuite donné aux plus gourmands, la recette de la croustade, avant que tout le monde se retrouve autour d’un verre de l’amitié offert par l’association.

15/02/2011

La « Fine de Faugères » renait à Autignac

Matthieu FRECON.JPG            Malgré des locaux qui ne semblent plus fonctionnels, il est un irréductible passionné qui a redonné vie depuis quelques temps à la distillerie coopérative de la commune d’Autignac, fondée en 1926 par quelques propriétaires Autignacois.

            Et, même s’il n’est pas connu de tous, Matthieu Frécon a bien une immense qualité que l’on peut lui attribuer, à savoir celle d’être le dernier distillateur de l’Eau-de-vie de Faugères, distillée pour la première fois par la famille Noël Salles, il y a presque 160 ans … en 1852.

            En plus d’effectuer un véritable devoir de mémoire envers ce « patrimoine » reconnu d’Appellation d’Origine Réglementée (AOR), Matthieu Frécon, qui a transcrit sa passion dans un livre intitulé « L’Alambic, l’art de la distillation », explique que depuis qu’il distille à Autignac, pour la survie de cette appellation, il tente « une renaissance de cet alcool emblématique de la région. ».

            Le 19 mars 1948, après 96 ans d’existence de la Fine de Faugères, les règles de fabrication sont définies par un décret, qui sera suivi par l’apparition d’un décret en Vin De Qualité Supérieure (VDQS) pour les vins produits dans le secteur du Faugérois.

            Matthieu Frécon n’est pas quotidiennement dans la distillerie d’Autignac, mais répond aux demandes des vignerons qui souhaitent avoir une eau-de-vie issue de leurs propres cépages ou fruits. Le distillateur Matthieu Frécon, grâce à ses alambics et depuis que la distillerie d’Autignac est à sa disposition, permet de commercialiser chaque année environ 6 000 bouteilles de 50 Cl, et, il espère que ce travail se développera encore dans les années à venir.

            Aujourd’hui, grâce à l’apport de vignerons qui admirent le travail et l’ancienneté de la Fine de Faugères, ce distillateur produit une eau-de-vie à 40°, proche de la tradition locale et de la distillation de 1852 qui s’élevait à 38°.

            L’Association de Défense des Producteurs et Distillateurs d’Eau de Vie de Faugères, encore existante se bat quotidiennement pour que « ce travail passionnant envers cet alcool célèbre et disparu puisse se poursuivre. ». En demandant à Matthieu Frécon d’implanter ses alambics sur notre territoire, c’est certainement une merveilleuse et prometteuse aventure qui recommence. Pour l’avenir, ce dernier reste optimiste et a de nombreux projets en tête, notamment celui de « créer une distillerie du Faugérois qui permettrait aux bouilleurs de cru de continuer la distillation de la Fine de Faugères à la manière coopérative des syndicats de l’Est de la France. »

            Son travail est à admirer, et à encourager bien qu’aujourd’hui, il remarque avec déception que « les traditions et les savoir-faire qui caractérisent la vie locale et rurale ne sont pas nés aussi vite qu’on les voit maintenant disparaitre ... ».

* A consulter, le site de Matthieu Frécon et l'article sur la Fine de Faugères : http://www.devenir-distillateur.com/blog,la-fine-faugeres...

Le livre cité ci-dessus et rédigé par cet Autignacois de coeur est vendu et achetable sur ce même site.

Réunion mensuelle.

            L’association « Mémoire d’Autignac » organise sa réunion mensuelle le samedi 19 Février 2011 à partir de 17 heures à la salle des Fêtes. A l’ordre du jour, le bureau propose un bref descriptif de la vie de l’association par le président, avant que Guy Ricard ne donne des explications sur les anciens chemins de la commune.

            Plus théorique mais tout autant intéressant, Jeanine Laurès-Boudet se souviendra et fera partager l’histoire de l’école libre d’Autignac, qui a compté un bon nombre d’élèves durant de nombreuses années.

            Enfin, Marie-Laure Pullara, comme à l’habitude donnera une tradition culinaire locale. A l’occasion de cette réunion, il sera possible de se procurer l’édition du 5ème bulletin de l’association, et de renouveler l’adhésion pour l’année 2011.

Projet de loi "abolissant" le panachage pour les municipales

Buste-de-Marianne-copie-1[1].jpg            Le 22 novembre 2009 à Montpellier, à l’appel d’André Vézinhet, Président du Conseil Général de l’Hérault et Député, une manifestation contre la Réforme des Collectivités Territoriales présentée en Conseil des ministres le 21 Octobre 2009 avait lieu.

            Derrière des élus imposants de la région à laquelle notre commune appartient se regroupait un groupe de 200 élus locaux, venus pour protester contre la fameuse réforme, qui prévoit entre autres, la création d’un conseiller territorial, siégeant à la fois au département et à la région ainsi que la possibilité pour l’électeur de choisir ses représentants au sein des intercommunalités.

            Le projet de loi, a été adopté par 258 voix contre 219 à l’Assemblée Nationale le 17 novembre 2010, et sera mis en application dès les prochaines échéances de 2014, ce qui doit alimenter une opposition farouche de la part des élus Autignacois qui avaient pris part à cette manifestation montpelliéraine, en 2009.

            Cependant, cette réforme doit attirer notre attention car, sur les 4 projets de loi déposés en Conseil des ministres, celui « relatif à l'élection des membres des conseils de collectivités territoriales et des établissements publics de coopération intercommunale », non encore examiné par le Sénat prévoit un évènement historique pour les communes de 500 à 3 499 habitants.      

            En effet, dans ce projet de loi, il est proposé « le passage au scrutin proportionnel de liste pour les communes de 500 habitants et plus, et non plus 3500 comme actuellement ». Ainsi, comme le dit le projet de loi, cela permettrait l’avènement de la parité, non encore présente dans les instances locales, et, une représentation obligatoire de l’opposition.

            Avec ce projet de loi, les équipes municipales ne risquent pas de se trouver empreinte d’une hétérogénéité qui empêche le bon fonctionnement du mandat municipal, et, l’élection au scrutin proportionnel de liste permettra de supprimer le panachage qui permettait à l’électeur de composer lui-même sa propre équipe municipale.

            Le projet de loi sera bientôt examiné par le Sénat, et il sera bon de voir quel aura été le choix apporté par la représentation nationale à l’issue du scrutin.

14/02/2011

Merveilleuse découverte d'un puits

DSC00722.JPG            Les « vieux » du village ont quelquefois l’occasion de raconter aux générations plus jeunes qu’à l’époque, le village, qui n’était pas doté de l’eau courante, avait un avantage majeur, à savoir celui d’être situé sur une nappe phréatique qui possédait une importante ressource en eau, alimentant l’ensemble des puits, qu’ils soient particuliers ou communaux.

            Sur les plans cadastraux conservés aux Archives Départementales de l’Hérault, un grand nombre de points bleus, symbolisant les puits et les fontaines montre à quel point l’alimentation en eau était bien répartie sur l’ensemble du cœur de ville Autignacois. Ce plan montre entre autres, à l’époque Napoléonienne, la fontaine du Pousse-Tire et d’autres puits.

            Dernièrement, l’entreprise Roques, qui effectue les changements des canalisations en plomb dans le village depuis plusieurs mois a fait une merveilleuse découverte, qui marque encore la puissance de l’eau dans la commune, et qui laisse planer un émerveillement vis-à-vis de l’organisation souterraine de la commune.

            En changeant une canalisation sur l’Avenue de la Liberté, les employés, tout en creusant, ont eu la surprise de découvrir un puits, en activité en 1838, présent sur le plan cadastral de cette année, et rebouché depuis environ un siècle. Par une petite fente, les curieux ont pu apercevoir l’entrée obscure du puits, qui a été immédiatement sécurisée par les services de l’entreprise.

            Le contour du puits a été tracé sur la route, et, selon les mesures effectuées, ce puits aurait un diamètre de 1,40 mètre, pour une profondeur de 12 à 14 mètres. Le volume de l’eau est sans aucun doute conséquent, et ce puits redécouvert fait surgir une sorte d’admiration quand au travail réalisé lors de l’aménagement de cette cavité souterraine.

            Il est aussi à rappeler qu’en plus du nombre incalculable de puits, la commune possède des mètres de souterrains, qui gardent encore un bon état, malgré des éboulements à certains endroits, et dont l’accès est aujourd’hui interdit, le danger s’avérant trop important.

            En photographiant ce puits, qui reste une redécouverte historique pour Autignac, le flash illumine la surface de l’eau, et, il est possible d’admirer la succession de pierres qui contiennent l’eau. Après tant d’années passées dans l’obscurité, ce puits sera-t-il rebouché pour laisser une surprenante découverte aux Autignacois du XXII° siècle,  ou sera-t-il mis en valeur par la municipalité ?

            Affaire à suivre …

Une découverte historique sous le sol Autignacois..JPG

07/02/2011

Où en est l'aménagement de l'espace Jourfier ?

Jourfier 2.JPG            Les grandes caves qui jouxtent la rue du 8-Mai, plus connue sous le nom de « Caves Jourfier » ont fait parler d’elles à l’heure de la viticulture florissante dans le village, et refont parler d’elles depuis qu’elles sont devenues propriétés de la commune.

            Acheté au prix de 405 000 €uros par l’ancienne équipe municipale, ce large espace au cœur du village a une superficie de plus de  2 500 m² et a fait l’objet de débats lors des dernières élections municipales de 2008.

            Tous les candidats étaient favorables à l’aménagement de cet espace pour en faire un véritable « pole de services publics » au service de tous les Autignacois et ce, avec des locaux réaménagés, et mieux adaptés aux demandes actuelles.

              Ces mêmes candidats à la succession de M. Emile Foulquier, ancien maire, souhaitaient voir la Mairie, le foyer du 3° âge, le foyer des jeunes, la Poste ou encore la Salle des Fêtes dans un même quartier, dynamisant tout le reste de la commune.

            Pour le réaliser, il était question d’une vente de quelques bâtiments municipaux actuels et d’un aménagement réfléchi qui aurait aussi pu permettre de rejoindre très rapidement la Place du 14-Juillet à la place Jules-Ferry, malgré l’actuel dénivelé qui est de l’ordre de 4 mètres.

            A l’heure actuelle, seule l’idée de 6 logements communaux a été adoptée en conseil municipal, au mois d’octobre dernier. La municipalité a pu recevoir les projets du CAUE, qui a engagé une réflexion sur le sujet, préalablement à toute décision d’aménagement par la commune. Les 6 logements devraient voir le jour d’ici la fin du mandat, mais, en conseil municipal, aucun projet de regroupement des espaces publics de la commune n’a été déposé ni voté.

            Le bureau d’étude Torres-Borredon, qui a pour but de réaliser une étude urbaine et de présenter à la municipalité les enjeux qu’elle possède, aidera peut-être au travers de son projet à la réhabilitation de la cave Jourfier qui aura un cout non négligeable pour la commune, mais qui pourra servir à tous les Autignacois, dans leurs démarches au quotidien avec le service public en général.  

05/02/2011

Travaux d'entretien du clocher

Cloches Autignac.JPG            Le conseil municipal de la commune avait voté le 13 décembre dernier les travaux d’entretien pour le clocher, pour un montant de 3 610,72 €uros, relatifs à l’électrification et la programmation de la volée des cloches.

            C’est pourquoi, il a été plus qu’étonnant d’entendre l’angélus sonner aux alentours de 11 heures dans la semaine, et plusieurs fois dans la journée.

            Non, les cloches ne deviennent pas folles mais, l’entreprise Bodet, choisie pour les travaux a pu grâce à ces essais, expérimenter son installation, et le remplacement du tableau permettant la programmation des cloches.

            Dans la sacristie, le tableau très ancien a été remplacé par un tableau digital plus simple au niveau de la programmation des cloches et de leur volée. La conformité non présente avant cette réfection est désormais de mise, et la technologie de cet appareil s’empare de l’Eglise et des cloches, qui fêteront au mois de décembre prochain, leur 80ème anniversaire.

21:13 Publié dans Eglise | Lien permanent | Commentaires (0)

Visite de M. le sous-préfet

SDC18672.JPG            Les drapeaux tricolores étaient de rigueur ce vendredi 4 Février 2011 sur l’ensemble des bâtiments communaux d’Autignac.  En effet, ce jour, Mme le maire et son conseil municipal accueillaient M. Philippe Chopin, sous-préfet de Béziers, pour une visite officielle de la commune.

            Arrivé dans la matinée, il a été accueilli par Mme le maire, 3 de ses adjoints et quelques conseillers municipaux. Dans la salle du conseil, à huis-clos, les élus se sont entretenus avec le représentant de l’Etat pendant plus d’une heure, avant que la délégation officielle regagne les rues de la commune pour un état des lieux.

            Le sous-préfet a pu admirer les charmes de la commune à pied, en passant devant la bibliothèque municipale qui recense un grand nombre d’ouvrages et d’adhérents, devant la Poste qui malgré tous les remous suscités par les réformes successives, reste active et devant le grand centre d’intérêt Autignacois à ce jour, l’espace Jourfier, acheté par la commune sous la mandature d’Emile Foulquier.

            Là, le sous-préfet a pu visiter en compagnie des élus, l’ensemble de ce regroupement de caves, qui à terme devrait faire naitre un regroupement de services publics, pour une meilleure redistribution du cœur de ville.

            S’ensuivra pour la délégation une visite de la commune grâce au moyen de transport en commun mis à disposition par la FRAMPS 909. De la place Jules-Ferry, les élus ont rejoint l’abattoir Coste, l’ancienne cave coopérative, la cave particulière de Fabien Pujol, qui a pu faire découvrir le concept de « winery » au sous-préfet au travers d’une visite des lieux et d’un exposé.

            Le Moulin de Ciffre a fait l’objet d’un bref passage, suivi par la salle polyvalente avant que ne soit rejoint le Château pour une dégustation des vins locaux en présence des propriétaires, des élus et de quelques invités, et bien sur du sous-préfet qui a quitté la commune dans l'après midi.

01/02/2011

5ème bulletin pour "Mémoire d'Autignac"

img070.jpg            Pour sa seconde année d’exercice au sein de la commune, et si l’on en croit le mot du Président de « Mémoire d’Autignac », l’association a un tas de projets à mettre en place, grâce au soutien que lui accordera l’ensemble de ses membres, non moins de 140 à la fin de l’année.

            Le soutien devra aussi être financier, moral pour la mise en œuvre des projets, notamment du loto ou des Journées du Patrimoine, et l’association espère aussi compter sur l’intérêt que porteront les Autignacois, de cœur ou de longue date, aux différentes éditions de ses bulletins trimestriels.

            Et, depuis quelques jours, le bureau et le Conseil d’Administration de l’association « Mémoire d’Autignac » ont mis en vente chez les commerçants du village, leur 5ème bulletin, plus concentré au niveau des sujets, mais toujours intéressant à propos du passé fort riche de notre village.

            Au programme pour ce bulletin, la traditionnelle photo du conseil de révision pour les jeunes hommes nés en 1936, 1937,1938. Dans ce bulletin, les amateurs de l’Histoire d’avant la Révolution pourront admirer le récit qui termine la trilogie sur la Famille de Flottes, qui fut une imposante famille seigneuriale à Autignac.

            Plus récemment, les lecteurs découvriront le mystérieux assassinat de Charles Carratié, adjoint au maire, le 17 décembre 1841 sur le chemin des Affaniès, entre Autignac et Saint-Geniès, où s’élève encore une croix en sa mémoire. Cet assassinat a fait partie de la série de meurtres commis par la très connue « Canaille de Caux » plus connue sous le nom de Jean Pomarèdes.

            Sur une autre double page, les lecteurs se remémoreront des moments qu’ils ont, pour certains, pu connaitre, avec l’année 1933 dans la commune, date à laquelle l’autosuffisance du village était assurée par l’ensemble de ses commerçants, très divers et répartis sur toute la place du 14-Juillet, qui est le cœur battant de la commune.

            En dernière page, les lecteurs pourront découvrir de merveilleuses photographies d’outils, qui ont disparus à notre époque, mais qui restent tout autant mystérieux, et dont on ignore les fonctions.