Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/02/2011

La « Fine de Faugères » renait à Autignac

Matthieu FRECON.JPG            Malgré des locaux qui ne semblent plus fonctionnels, il est un irréductible passionné qui a redonné vie depuis quelques temps à la distillerie coopérative de la commune d’Autignac, fondée en 1926 par quelques propriétaires Autignacois.

            Et, même s’il n’est pas connu de tous, Matthieu Frécon a bien une immense qualité que l’on peut lui attribuer, à savoir celle d’être le dernier distillateur de l’Eau-de-vie de Faugères, distillée pour la première fois par la famille Noël Salles, il y a presque 160 ans … en 1852.

            En plus d’effectuer un véritable devoir de mémoire envers ce « patrimoine » reconnu d’Appellation d’Origine Réglementée (AOR), Matthieu Frécon, qui a transcrit sa passion dans un livre intitulé « L’Alambic, l’art de la distillation », explique que depuis qu’il distille à Autignac, pour la survie de cette appellation, il tente « une renaissance de cet alcool emblématique de la région. ».

            Le 19 mars 1948, après 96 ans d’existence de la Fine de Faugères, les règles de fabrication sont définies par un décret, qui sera suivi par l’apparition d’un décret en Vin De Qualité Supérieure (VDQS) pour les vins produits dans le secteur du Faugérois.

            Matthieu Frécon n’est pas quotidiennement dans la distillerie d’Autignac, mais répond aux demandes des vignerons qui souhaitent avoir une eau-de-vie issue de leurs propres cépages ou fruits. Le distillateur Matthieu Frécon, grâce à ses alambics et depuis que la distillerie d’Autignac est à sa disposition, permet de commercialiser chaque année environ 6 000 bouteilles de 50 Cl, et, il espère que ce travail se développera encore dans les années à venir.

            Aujourd’hui, grâce à l’apport de vignerons qui admirent le travail et l’ancienneté de la Fine de Faugères, ce distillateur produit une eau-de-vie à 40°, proche de la tradition locale et de la distillation de 1852 qui s’élevait à 38°.

            L’Association de Défense des Producteurs et Distillateurs d’Eau de Vie de Faugères, encore existante se bat quotidiennement pour que « ce travail passionnant envers cet alcool célèbre et disparu puisse se poursuivre. ». En demandant à Matthieu Frécon d’implanter ses alambics sur notre territoire, c’est certainement une merveilleuse et prometteuse aventure qui recommence. Pour l’avenir, ce dernier reste optimiste et a de nombreux projets en tête, notamment celui de « créer une distillerie du Faugérois qui permettrait aux bouilleurs de cru de continuer la distillation de la Fine de Faugères à la manière coopérative des syndicats de l’Est de la France. »

            Son travail est à admirer, et à encourager bien qu’aujourd’hui, il remarque avec déception que « les traditions et les savoir-faire qui caractérisent la vie locale et rurale ne sont pas nés aussi vite qu’on les voit maintenant disparaitre ... ».

* A consulter, le site de Matthieu Frécon et l'article sur la Fine de Faugères : http://www.devenir-distillateur.com/blog,la-fine-faugeres...

Le livre cité ci-dessus et rédigé par cet Autignacois de coeur est vendu et achetable sur ce même site.

Les commentaires sont fermés.