Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/11/2010

Cimetière fleuri.

Allée 1.JPG

            Les allées du cimetière sont remarquables après cette fête de la Toussaint. Les tombes nettoyées, et les chrysanthèmes portés sur les tombes des défunts, le cimetière prend des airs lumineux grâce à ces fleurs qui redonnent un peu de vie à ce lieu envers et contre tout.

            Cette plante résiste aux intempéries du mois de novembre, et représente un symbole de paix et de résurrection pour les catholiques, mais comment se développa la mise en place de chrysanthèmes sur les tombes de disparus dans notre pays.

            A l’origine, le chrysanthème était une fleur culte, notamment au Japon où il est symbole d’éternité, et où l’Ordre du Chrysanthème est l’équivalent nippon de notre Légion d’Honneur. 

              Le chrysanthème est apparu dans le Jardin des Plantes à Paris en 1789, grâce à Pierre Blancard, qui rapporta des boutures à la suite d’un voyage en Chine. Mais comment, d’un jardin si célèbre de la capitale, il s’associa à la Fête de Toussaint ?

            C’est en quelques sortes après la Guerre de 1914-1918 que la fleur se répandit dans les allées des cimetières. Le 11 novembre 1919, premier anniversaire de l’Armistice, le gouvernement Français donna l’ordre de fleurir toutes les tombes des soldats, et à cette époque là, il n’y avait que des chrysanthèmes chez les pépiniéristes, ainsi se répandit l’usage des chrysanthèmes.  

            Depuis, des milliers de pots se vendent chaque année. En 2007, 23 millions de pots ont été produits, pour un marché de plus de 170 millions d’euros.

10:35 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.