Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/06/2010

M. Gaston Frontil honoré.

IMG_0215.JPG            Le 8 mai 2010, alors que la commune commémorait devant son monument aux morts, la victoire des Alliés face aux troupes allemandes, la France voulait honorer les quelques 250 000 anciens combattants de la Seconde Guerre Mondiale en leur remettant un diplôme d’honneur.

            Ne pouvant se déplacer lors du défilé, M. PENNA et M. FRONTIL anciens combattants de 1939-1940 et habitants d’Autignac étaient honorés, mais ce n’est que le 8 juin 2010 que la commune leur a remis les diplômes nationaux.

            Le 8 juin 2010, en présence d’élus, d’anciens combattants, de l’institutrice et de la famille, M. Gaston Frontil a reçu des mains de Mme le Maire, le diplôme le remerciant des services rendus à la France.

            Au mois d’octobre 1936, ce dernier est envoyé à Lyon au 54° Régiment d’Artillerie pour y effectuer son service militaire. Libéré, en novembre 1938, en pleine crise des Sudètes, il rentre à Autignac mais est rappelé en février 1939 pour 28 jours. 28 jours qui dureront finalement 6 ans pour ce jeune homme de 23 ans.

            Alors que son régiment se sépare en 2 groupes, il est envoyé au Maroc et apprend là-bas que la déclaration de guerre a été signée. Il est alors rapatrié à La Rochelle, sera envoyé au front en Lorraine, et passera l’hiver 39/40 à cet endroit proche du Luxembourg.

            Le 10 mai 1940, alors que la France est attaquée, il rentre en Belgique, récemment envahie par les nazis. 21 jours de guerre pour Gaston Frontil, qui sera fait prisonnier le 31 mai, à Lille par les troupes adverses, et se rappelle « que les Français étaient équipés de chevaux, alors que les Allemands avaient d’énormes blindés. »

            Il sera envoyé au bout de 3 semaines dans une ferme dirigée par les Nazis, mais perdra totalement la notion du temps. Un jour, au réveil, il apprend par des Canadiens que les Allemands sont partis de cette ferme, et qu’ils sont libérés, et que le retour à Autignac peut être envisagé après 9 ans d’absence.

            Avec une grande émotion, Gaston Frontil a dédié ce diplôme à son frère Gustave, prisonnier de guerre durant la Seconde Guerre Mondiale, à ses 2 oncles « Morts pour la France » pendant la Grande Guerre, et à son père, combattant de la Première Guerre Mondiale.

13:18 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.